La présence des ailés solitaires et les conditions écologiques favorables laissent présager des reproductions à petite échelle au sud et sud-est du pays au cours des semaines à venir. Par ailleurs, la situation de plus en plus préoccupante dans les pays du Sahel, incitent à plus de vigilance afin de faire face à tout développement de la situation acridienne au Maroc.

Accueil | E-mail

La Lutte Antiacridienne au Maroc

 

 


 

 

 

 

 

FAO : Communiqué du 03 Mai 2019

Accroissement des infestations acridiennes dans les aires de reproduction printanière de l’Iran et de l’Arabie saoudite
 

 

Au cours des dernières semaines, s’est intensifiée dans les aires traditionnelles de reproduction printanière.

 

En Iran, des opérations de lutte considérables, aériennes et terrestres, ont été menées en avril par les autorités nationales, sur plus de 86 000 ha, car la reproduction s’est poursuivie pour le troisième mois consécutif dans une vaste partie du sud du pays, donnant naissance à des groupes de larves et d’ailés, des bandes larvaires et quelques essaims. Une reproduction à moindre échelle a eu lieu dans les régions adjacentes du sud-ouest du Pakistan et des opérations de lutte ont été réalisées. La reproduction se poursuivra dans ces deux pays et davantage de bandes larvaires et quelques petits essaims vont probablement se former. Il existe un risque modéré que des groupes d’ailés et peut-être quelques petits essaims se déplaceront cette année, autour de la mi-juin, vers les aires de reproduction estivale indo-pakistanaises, en fonction des opérations de lutte dans les zones actuellement infestées.

 

En Arabie saoudite, la reproduction printanière a commencé dans l’intérieur du pays, où des larves forment des groupes et des bandes. Des équipes terrestres et aériennes ont traité plus de 27 000 ha en avril dans l’intérieur du pays ainsi que sur la côte de la mer Rouge, où la reproduction hivernale est terminée. Au Yémen, des essaims qui se sont formés suite à une reproduction antérieure dans le sud du Croissant Vide se déplacent dans tout l’intérieur du pays, où il n’était pas possible de réaliser des opérations de prospection et de lutte et où les populations locales capturaient et mangeaient les criquets. Plusieurs essaims se sont déplacés vers Najran, en Arabie saoudite, au cours de ces derniers jours. Quelques petits groupes d’ailés se sont déplacés de l’est du Yémen vers le nord d’Oman, où ils ont pondu en avril et où des opérations de lutte limitées ont été réalisées. On s’attend à ce qu’une reproduction à petite échelle se poursuive en Oman. Au Yémen, des éclosions entraîneront une augmentation importante des effectifs acridiens dans l’intérieur, où on s’attend à la formation de bandes larvaires.

 

Ailleurs, une reproduction localisée a eu lieu dans le nord-ouest de la Mauritanie, où des opérations de lutte ont été réalisées le mois dernier. Une reproduction est en cours dans l’est de l’Algérie, mais on s’attend à ce que la situation reste calme.