La présence des ailés solitaires et les conditions écologiques favorables laissent présager des reproductions à petite échelle au sud et sud-est du pays au cours des semaines à venir. Par ailleurs, la situation de plus en plus préoccupante dans les pays du Sahel, incitent à plus de vigilance afin de faire face à tout développement de la situation acridienne au Maroc.

Accueil | E-mail

La Lutte Antiacridienne au Maroc

 

 


 

 

 

 

 

FAO : Communiqué du 04 Fevrier 2019

Formation et migration d’essaims dans la Région centrale

Une résurgence du Criquet pèlerin est en cours sur les plaines côtières du Soudan et de l’Érythrée, où un nombre croissant de groupes, de bandes et d’essaims se sont formés en janvier suite à une deuxième reproduction.

En plus de la reproduction, des essaims provenant de deux sources différentes ont migré. Au moins un essaim mature issu de la reproduction hivernale a traversé vers la mi-janvier la mer Rouge à partir de la zone de résurgence soudano-érythréenne vers la côte septentrionale de l’Arabie saoudite ; ce déplacement a été suivi par d’autres migrations une semaine plus tard environ. Des groupes d’adultes et un essaim sont arrivés, à partir du sud, sur les plaines côtières de la mer Rouge dans le sud-est de l’Égypte à la fin du mois. Dans l’intérieur de l’Arabie saoudite, des essaims immatures ont envahi les marges occidentale et septentrionale du Croissant Vide, venant du sud-est du Croissant Vide, près de la frontière avec le Yémen et Oman, où deux générations de reproduction ont eu lieu suite aux bonnes pluies générées par les cyclones Mekunu (en mai) et Luban (en octobre). Quelques-uns de ces essaims se sont déplacés vers les Émirats arabes unis et le sud de l’Iran. Des groupes d’ailés pourraient continuer à se déplacer à l’est, le long de la côte méridionale de l’Iran vers le sud-ouest du Pakistan.

Des opérations aériennes ont été organisées au Soudan et en Arabie saoudite, renforcées par une lutte terrestre dans ces deux pays, en Érythrée et en Égypte, traitant près de 55 000 ha en janvier.

La reproduction se poursuivra en février sur la côte de la mer Rouge, au Soudan et en Érythrée, entraînant une nouvelle augmentation des groupes de larves et d’ailés, des bandes larvaires et des essaims. Avec le dessèchement de la végétation, des groupes d’ailés et quelques essaims vont probablement se déplacer au nord, le long de la côte de la mer Rouge, en Érythrée vers le Soudan, et de la côte de la mer Rouge du Soudan vers la vallée du Nil, dans le nord du Soudan. Il existe un risque modéré que certains essaims puissent traverser la mer Rouge vers les zones côtières et de l’intérieur de l’Arabie saoudite.

En Afrique du nord-ouest, la situation reste calme. Une reproduction localisée a eu lieu le mois dernier dans le nord-ouest de la Mauritanie et le sud de l’Algérie. En cas de pluie, une reproduction printanière va probablement commencer en mars le long du versant méridional des monts Atlas, au Maroc et en Algérie.