La présence des ailés solitaires et les conditions écologiques favorables laissent présager des reproductions à petite échelle au sud et sud-est du pays au cours des semaines à venir. Par ailleurs, la situation de plus en plus préoccupante dans les pays du Sahel, incitent à plus de vigilance afin de faire face à tout développement de la situation acridienne au Maroc.

Accueil | E-mail

La Lutte Antiacridienne au Maroc

 

 


 

 

 

 

 

FAO : Communiqué du 06 Janvier 2020

Situation dangereuse dans la Corne de l’Afrique et menaçante le long des deux côtés de la mer Rouge

 

la situation relative au Criquet pèlerin reste extrêmement grave dans la Corne de l’Afrique, où la menace est persistante en Éthiopie, en Somalie et au Kenya.

 

De nombreux essaims se sont formés dans l’Est de l’Éthiopie et les régions adjacentes du nord de la Somalie. De grands essaims immatures se sont déplacés vers le sud dans l’Ogaden à  l’Est de l’Éthiopie et des zones adjacentes du centre de la Somalie et ont atteint le sud de la Somalie, le Sud-Est de l’Éthiopie et le Nord-Est du Kenya. Les opérations de lutte terrestre et aérienne se poursuivent en Éthiopie et au Kenya, alors qu’en Somalie elles n’ont pu être effectuées en raison de l’insécurité et l’absence de capacités nationales.

 

Une situation potentiellement menaçante se développe le long des deux côtés de la mer Rouge, où une reproduction en cours entraîne une augmentation des effectifs acridiens sur les côtes de l’Égypte, du Soudan, de l’Érythrée, de l’Arabie saoudite et du Yémen. Des pontes et des éclosions généralisée sont eu lieu en Arabie saoudite et ont donné naissance à de nombreux groupes et bandes larvaires, et quelques essaims immatures se sont déplacés vers l’intérieur. Dans le nord-est d’Oman, des opérations de lutte terrestre sont en cours contre les bandes larvaires qui se sont formées près de la côte.

 

En Asie du sud-ouest, des opérations de lutte intensives se poursuivent le long des deux côtés de la frontière indo-pakistanaise, où de nombreux essaims se sont formés. Les essaims restants non détectés et non traités se déplaceront vers l’ouest jusqu’au sud de l’Iran au cours des prochains semaines. Si les températures restent chaudes dans le sud de l’Iran, les pontes pourront avoir lieu dans les zones ayant reçus des pluies exceptionnellement fortes le mois dernier, ce qui entraînera la formation de bandes larvaires.

 

La situation reste calme en Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest.