La présence des ailés solitaires et les conditions écologiques favorables laissent présager des reproductions à petite échelle au sud et sud-est du pays au cours des semaines à venir. Par ailleurs, la situation de plus en plus préoccupante dans les pays du Sahel, incitent à plus de vigilance afin de faire face à tout développement de la situation acridienne au Maroc.

Accueil | E-mail

La Lutte Antiacridienne au Maroc

 

 


 

 

 

 

 

FAO : Communiqué du 14 Mai 2019

Une reproduction printanière de la deuxième génération est en cours en Arabie saoudite et en Iran

Une reproduction de la deuxième génération entraînera une augmentation des effectifs acridiens dans les zones de reproduction printanière de l’Arabie Saoudite et de l’Iran.

En Arabie Saoudite, la reproduction printanière a commencé plus tôt qu’habituellement cette année et elle est répartie à l’intérieur du pays, dans les zones centrales entre Riyad et Haïl , dans le nord est entre Jubail et Koweït et le long du versant occidental du Croissant Vide entre le Wadi Dawasir et Riyad. Une reproduction de la deuxième génération est en cours dans les zones centrales avec des pontes au cours de la dernière semaine d’avril et avec début des éclosions. Les équipes terrestres et aériennes ont traité 16 430 ha du 1er  au 10 mai.

Au Koweït, des groupes et des bandes larvaires de dernier stade ont été observés près d’Al Wafra et de la frontière avec l’Arabie Saoudite depuis la dernière semaine d’avril. Ces infestations sont  probablement issues de la reproduction des essaims qui se sont déplacés de l’Arabie Saoudite vers la côte méridionale de l’Iran. Les opérations de lutte ont concerné 50 ha depuis le 28 avril. Quelques essaims peuvent également apparaître à partir des zones adjacentes de l’Arabie Saoudite.

En Jordanie, des essaims immatures ont été traités, près d’Al Jafr et a Tafilah (au sud d’Amman), où le total des opérations de lutte est de 460 ha. Ces essaims sont probablement issus des zones de reproduction en Arabie Saoudite et ont migré au cours d’une brève période où des vents de secteur sud ont prévalu.

Au Yémen, les populations locales ont signalé plusieurs essaims matures et immatures en déplacement entre Dhamer et le nord de Sana’a au cours de la dernière semaine. Ces essaims sont issus d’une reproduction effectuée il y a plusieurs mois dans le Croissant Vide. Des pontes sont en cours dans quelques zones et des éclosions sont probables d’ici la fin du mois de mai avec la formation de groupes et de petites bandes larvaires en juin.

En Iran, des groupes de larves et d’ailés et quelques bandes larvaires sont présents le long de certaines zones de la côte, à partir de l’ouest de Bandar Lengeh en direction de la frontière pakistanaise, et dans l’intérieur du bassin de Jaz Murian. Des opérations de lutte intensives ont touché plus de 18 000 ha jusqu’à présent en mai.

Au Pakistan, une reproduction à petite échelle se poursuit dans les zones côtières du Balouchistan, où des opérations de lutte limitée sont été réalisées contre quelques groupes larvaires. Les larves commenceront à effectuer leur mue imaginale et à devenir des ailés immatures de la fin du mois de mai jusqu’à mi-juin environ.

En termes de perspectives à long terme, il existe un risque modéré que quelques essaims migrent après la mi-juin des zones de reproduction printanière vers les zones de reproduction estivale le long des deux côtés de la frontière indo-pakistanaise et également à l’intérieur du Soudan.