La présence des ailés solitaires et les conditions écologiques favorables laissent présager des reproductions à petite échelle au sud et sud-est du pays au cours des semaines à venir. Par ailleurs, la situation de plus en plus préoccupante dans les pays du Sahel, incitent à plus de vigilance afin de faire face à tout développement de la situation acridienne au Maroc.

Accueil | E-mail

La Lutte Antiacridienne au Maroc

 

 


 

 

 

 

 

FAO : Communiqué du 19 Février 2019

Poursuite des opérations de lutte contre la résurgence du Criquet pèlerin le long de la côte de la mer Rouge

que selon le communiqué officiel de la FAO du 19 février 2019 des opérations de lutte terrestre et aérienne sont en cours suite à la résurgence du Criquet pèlerin qui s’est développée sur la côte de la mer Rouge du Soudan et de l’Erythrée en décembre. La reproduction des groupes d’ailés et des essaims de la première génération se poursuit dans ces zones, ainsi que sur la côte du sud-est de l’Egypte et sur la côte centrale et septentrionale de l’Arabie saoudite, ce qui a engendré une augmentation des effectifs acridiens le long des deux rives de la mer Rouge.

Au cours des deux dernières semaines, il y a eu une intensification des éclosions de la deuxième génération et de la formation de bandes larvaires sur la côte nord de l’Arabie saoudite, entre Thuwal et Mastura, sur la côte centrale près de Lith, sur la côte méridionale du Soudan près de la frontière avec l’Erythrée et sur la côte centrale de l’Erythrée. De nouveaux essaims vont probablement commencer à se former à la fin du mois sur certains sites.

Dans l’intérieur de l’Arabie saoudite, des groupes d’adultes ont atteint les zones de reproduction printanière, entre Zalim et Qassim, où certains d’entre eux ont commencé à pondre. Les ailés immatures continuent leur développement le long des bordures occidentale et septentrionale du Croissant Vide, près de Wadi Dawasir et au sud-est de Riyad.

Des opérations de lutte ont concerné près de 85 000 ha depuis décembre, dont près de 30 000 ha au cours des deux dernières semaines en Egypte, en Erythrée, en Arabie saoudite et au Soudan.

 

Depuis le début du mois de février, des chutes de pluies modérées sont enregistrées sur la côte septentrionale de la mer Rouge, en Arabie saoudite, entre Yendo et Al Wajh, tandis que des averses légères concernaient la côte centrale, près de Qunfindah.

La végétation étant toujours verte dans les zones côtières situées le long des deux rives de la mer Rouge. La reproduction se poursuivra, entraînant une nouvelle augmentation des groupes de larves et d’ailés, des bandes larvaires et des essaims. Dès que la végétation commencera à se dessécher, des groupes d’ailés et quelques essaims vont probablement se déplacer au nord le long de la côte de la mer Rouge de l’Erythrée vers le Soudan et à partir de la côte de la mer Rouge du Soudan vers la vallée du Nil dans nord du Soudan. Il existe un risque modéré que quelques essaims puissent traverser la mer Rouge vers les zones côtières et à l’intérieur de l’Arabie saoudite.

En Iran, des opérations de lutte sont en cours contre au moins un essaim qui est arrivé sur la côte méridionale à la fin du mois de janvier, ainsi que contre les infestations d’ailés dans les zones de reproduction printanière de l’intérieur du bassin du Jaz Murian. On s’attend à ce que des éclosions et la formation de bandes larvaires aient lieu dans ces zones d’ici la fin du mois de février.

Tous les pays affectés devraient renforcer leurs mesures de vigilance et de lutte afin de réduire les actuelles infestations et diminuer le risque de migration et de reproduction printanière.